Joomla Slide Menu by DART Creations
Accueil Etude et cartographie des risques et catastrophes naturelles au Cameroun

 

Face à la majorité des types de risque et catastrophe, il existe aujourd’hui, de plus en plus, des technologies et d’outils qui permettent de les prévenir et de garantir, à un très haut niveau, la sécurité de personnes et des biens, à la double condition fondamentale :

 

  • connaître suffisamment les caractéristiques du phénomène générateur du risque ainsi que la vulnérabilité des populations exposées ;
  • avoir une volonté politique d’engager la lutte et d’en dégager les moyens nécessaires.

 L’expérience a malheureusement montré que nous sommes encore très loin de remplir la première condition, les connaissances en la matière, au Cameroun, étant très éparses et lacunaires, d’où l’importance et l’urgence de la mise en œuvre du présent projet sur l’étude et cartographie des risques et catastrophes naturels au Cameroun.

Notre démarche consiste à utiliser une approche nouvelle basée sur la micro-gravimétrie et de la micro-géodésie couplée à l’interférométrie différentielle, afin de déceler les sites à risques potentiels sur le long de la ligne volcanique du Cameroun.

Pour la première phase des travaux, nous avons centré notre étude sur la zone du mont Cameroun. En effet, la connaissance de la structure et des mouvements tectoniques du mont Cameroun permet de bien cerner et donc de s'assurer un niveau élevé de maîtrise des risques de catastrophes naturelles dans la zone.

Dans le cadre de cette étude, l’INC a procédé à une campagne de construction et d’observation de bornes géodésiques[1], dans la région du Mont Cameroun. Il s’est agi de faire les mesures altimétriques[2], ayant pour but principal est la Recherche et l’identification des sites à risques aux mouvements tectoniques en cours ou probables dans la région.

La première phase de l’étude a permis de mettre en place un réseau de (42) bornes géodésiques sur et autour du Mont Cameroun, le premier réalisé par l’INC depuis la période coloniale. De ces 42 bornes, 28 se trouvent dans le plateau sommital sur des cônes ou des lèvres de fractures, tandis que les 14 autres sont implantées sur des sites particuliers autour de la montagne le long de la boule du Mont Cameroun. L’objectif visé par cette opération était de mettre en place l’ossature pour l’étude de la géodynamique du massif, afin de suivre et d’évaluer les déformations dues aux manifestations (mouvements tectoniques, éruptions volcaniques…) et leurs impacts sur l’environnement et les hommes.

Pour la modélisation des déformations, nous avons utilisé les données gravimétriques de la zone. Les données ont été acquises lors des campagnes 2009 et 2010. Plusieurs points sur la montagne, y compris le sommet (voir photos ci-dessous) ont été mesurés au cours des travaux, à l’aide d’un gravimètre et des récepteurs GPS.

 

 



[1] Borne géodésique : borne en pierre ou en béton matérialisant la position précise d’un point de triangulation géodésique.

[2] Une mesure altimétrique est une mesure par radar, au centimètre près, de la distance entre le satellite et la surface de la mer.